31 mai 2010

Paul à Québec

`
"Paul à Québec", Michel Rabagliati, éditions de la Pastèque

Je ne suis pas la seule à en parler... 
Et d'ailleurs toute la série des "Paul" mérite largement tout le succès qu'elle a actuellement...
Mais c'est vrai que ce week-end cette lecture m'a particulièrement touchée. 
(au point que j'oublie d'aller chercher Martin qui m'attendait! hum, hum...)

Parce qu'il y a un an tout juste, 
on était au coeur du cyclone, 
nuits d'insomnies et de larmes et journées qui n'avaient pas de fin. 
 " Le temps déborde. Mon amour si léger prend le poids d'un supplice." (Eluard)
En sept jours, deux morts, deux enterrements, 
de grosses inquiétudes et une amniocentèse 
pour celui qui ne s'appelait pas encore Bidule -et encore moins Félix-, 
même si je crois que c'est dans cette semaine-là que ce prénom, sa promesse de bonheur, s'est imposé à moi 
l'attente angoissée des résultats et puis enfin le coeur qui explose de soulagement et de joie. 
Vie et mort qui s'enlacent...

Hier, on a été tous les six sur la tombe de cet arrière-grand-père à qui on a dit "au revoir" il y a un an, 
planter des fleurs d'été pour attirer abeilles et papillons,
lui présenter notre super Félix, 
lui murmurer en nous serrant les mains, tous ensemble, 
tous nos bons souvenirs, 
et dire merci pour toutes les bonnes choses reçues, depuis qu'il est parti...

11 commentaires:

Et-fée-mère a dit…

J'ai toujours beaucoup de mal à expliquer la mort, j'essaie pourtant de le faire le plus sereinement et le plus calmement possible mais encore faudrait-il que je le sois...sereine

jeanneandmoon a dit…

no comments

Laet a dit…

Que de frissons à la lecture de ce post. Je pense à vous ...

anneso** a dit…

j'ai la larme à l'oeil en lisant ce post. Je traverse cette période actuellement. Mon grand père vient de partir. Et ma grande se pose, nous pose, beaucoup de questions. Le petit me répète "ne t'en fais pas, maman, il va revenir un jour".

Agathe a dit…

Je crois que nos ancêtres continuent à vivre à travers nous et que c'est pour ça qu'ils faut en parler aux enfants... Mais de ce billet je retiens surtout la gratitude... qui nous remet le regard droit devant tant de chance!

sophie a dit…

Oui je rejoins Agathe, et comme elle je retiens toute la gratitude de ce billet...

boubou's mum a dit…

Comme je comprends ces angoisses...
Celles des disparus comme celles des amnios...
Prends de la distance avec tous tes blondinets...
Prends du plaisir avec tous tes jolis poussins puisque c'est tout de même grâce aux ancêtres qu'ils sont (et que nous sommes) là aujourd'hui !
Et puis qui sait....? Peut être veillent-ils sur nous "de là haut" (dixit mon fils)...
ps: les monstres se sont jetés sur les grenouilles... Merci mille fois... Je te renvoie des patrons quand tu veux :-)

Ellemme a dit…

Oui, c'est souvent comme ça, la vie se mèle à la mort, une arrive et une autre part.. J'ai eu la chance de pouvoir présenter ma fille à mon grand-père, née le même jour que lui à 80 ans d'écart, peu de temps avant qu'il ne parte.. On vient de nos ancêtres, et on est e que l'on est grâce à eux, et comme Agathe, je pense qu'ils vivent toujours à travers nous, et à travers nos enfants..

Juliette a dit…

se souvenir des belles choses, ensemble, pour que toujours ceux que l'on aime vivent avec nous.

steph la dilettante a dit…

Pour moi c'est pas si difficile d'en parler aux enfants... mais aux adultes qui souffrent ce l'est nettement plus.

listes a dit…

c'est beau tes mots...
tu me touches beaucoup, tu sais. peut-être la douce mélancolie qui plâne un peu dans tes posts...