22 septembre 2010

Pas une minute à moi ! (2°)

En arrivant au boulot, dans un quartier déshérité, en plein coeur de la ville. 
Prêter pour une fois un regard à ces "mauvaises herbes" 
nées dans un interstice minuscule entre deux pavés.
La vie qui rayonne, fière, à travers elles,
malgré les murs gris, la saleté, l'indifférence des passants.
Dans la lumière du premier matin d'automne.

8 commentaires:

la dilettante a dit…

C'est une belle métaphore de ton travail...

gretel a dit…

la nature est moins regardante que certains humains... je trouve ça plutôt encourageant ! Merci ;-)

clemfraiche a dit…

il est beau ce message, très beau. et merci oui de le partager cet instant là ;)

nuages a dit…

Ces photos et cette douce musique...je me sens transportée (-:

Cabrizette a dit…

la poésie urbaine... beau regard !

mir a dit…

Magnifique texte et je rejoins Steph, quelle belle métaphore... Demain mat, un ptit oxfam dailly-café ? :-)

claude a dit…

joli... vraiment...

Castor a dit…

Une amie les appelle des plantes kamikaze ces fleurs des pavés ... quel beau regard tu portes là !